Pouvez-vous vous présenter brièvement ?

C.F : Je m’appelle Céline Ferer et j’ai 29 ans. Je suis née le 21 juin 1991 à Bayonne. Je fais partie de l’équipe féminine du Stade Toulousain Rugby et suis encore des études. Je termine une formation BPJEPS, mention Activité de la Forme et Musculation.

N.E : Je m’appelle Nelson Epée et je viens d’avoir 20 ans. Je suis né le 20 février 2001 à Toulouse. J’évolue au poste d’ailier, au sein de la catégorie Espoirs du Stade Toulousain Rugby. Parallèlement à ma pratique, je passe cette année un Baccalauréat Professionnel, option vente.

Pourquoi, avez-vous choisi le Rugby ?

C.F : J’ai commencé le rugby assez tard, à 19 ans. Depuis dix ans, je dirais que c’est devenu ma passion ! Mon arrivée au rugby est un pu hasard. Lorsque j’étais en BTS, une amie qui jouait déjà m’a invité à essayer. Je me suis dis que ça ne me couterait rien de tenter l’expérience et depuis, c’est l’amour fou !

N.E : J’ai eu l’occasion de tester de nombreuses activités sportives différentes avant d’arriver au rugby. C’est le seul sport dans lequel je me suis le plus épanoui, donc j’y suis resté. J’ai débuté dans le club de Saverdun puis j’ai intégré le Stade Toulousain en catégorie Cadets.

Que représente le club à vos yeux ?

C.F : J’ai eu la chance de rejoindre le Stade Toulousain depuis deux saisons. C’est un club qui fait rêver chaque joueuse, à l’instar des garçons. J’ai toujours été admirative de l’Institution, de la philosophie de jeu et du palmarès. Je suis très fière de faire partie de la famille rouge et noire !

N.E : Jouer au Stade était un rêve d’enfant. Lorsque j’étais petit, j’avais eu la chance d’être ramasseur de balles pendant plusieurs rencontres à Ernest Wallon et j’avais adoré l’ambiance ! J’ai mêle eu l’opportunité de voir des idoles comme Maxime Médard ou Gaël Fickouet et de prendre des photos avec de grands joueurs. A cette époque, je n’aurais jamais imaginé qu’un jour, je m’entrainerai à leurs côtés.

Céline, dimanche dernier, le Stade affrontait Bayonne, votre ancien club. Comment abordais-tu cette rencontre ?

C.F : Ce week-end là fut très particulier pour moi. J’ai ressenti une grosse appréhension toute la semaine, à l’idée de rencontrer mes anciennes coéquipières. Au final, tout s’est très bien déroulé, c’était un super match ! J’étais surtout très heureuse de revoir mes amies Basques. C’est pour ce genre de rencontres que je pratique le rugby, pour vivre ces émotions !

Au-delà de mon cas personnel, l’équipe repart avec une victoire bonifiée qui nous permet de nous projeter sereinement sur la suite de la compétition et je pense que c’est le principal.

Avez-vous un rituel davant-match ?

C.F : J’ai une routine qui me permet de me mettre dans ma bulle. Je vais toujours dans les douches pour m’échauffer, travailler ma mobilité, faire le vide et positiver. Je crois que sans ce petit détail d’avant-match, ma prestation n’est pas la même sur le terrain.

N.E : Je n’en possède pas réellement. J’aborde chaque rencontre d’une manière différente. Le plus important, c’est que je sois dans un état positif et que je me focalise sur mon objectif.

Vos petits surnoms dans le groupe ?

C.F : Ici, les filles me surnomment « Grande », sûrement en référence à ma taille. 1,80m c’est plutôt élancé pour une femme !

N.E : Les gars m’appellent souvent « Nels » ou « Karim » parce que je fais souvent des coupes de cheveux similaires à celles de Karim Benzema ! Vu son talent, je le prends plutôt bien. pastedGraphic.png😎

Lendroit où vous vous sentez le mieux ?

C.F : Il n’y en a pas particulièrement. Je crois sincèrement que chaque endroit peut devenir unique à sa manière dans mon esprit, du moment que je partage l’instant avec une belle personne. 🥰

N.E : Je prends beaucoup de plaisir à rentrer dans ma maison familiale, à Saverdun. J’aime passer du temps avec ma mère et parler de la vie en général, des choses simples qui ressourcent. 👩‍👦

Un film ou une série à conseiller ?

C.F : La série que je dévore en ce moment est « Vikings » ! Si vous êtes amateurs d’action, vous allez être servis ! 🪓  

N.E : Je vous conseille Gomorra, une série qui parle de la Mafia en Italie. Je n’y résiste pas ! Sinon, comme Céline, je vous recommande Vikings.

Une rugbywoman ou un rugbyman qui t’inspire ?
 

C.F : Je dirais Maro Itoje, le deuxième ligne du XV de la Rose masculin. J’adore son jeu. Il est à la fois imposant physiquement, doué techniquement et se dévoue pour son équipe. Je suis impressionnée à chacune de ses sorties et il a éclaboussé le Crunch de sa classe le week-end dernier…

N.E : Cheslin Kolbe m’inspire vraiment beaucoup. Je suis admiratif de sa capacité à bonifier les situations difficiles et de sa vitesse qui prend à défaut n’importe quelle défense. Je prends un grand plaisir à l’analyser et à le regarder jouer.

Une anecdote au Stade à nous raconter ? (Sur et surtout en dehors du terrain 🤣)

C.F : Lors d’un apéritif, j’avais soigneusement garé ma voiture dans un parking afin qu’elle passe une nuit paisible. Au moment de partir, je me dirige vers son emplacement mais, surprise, mon véhicule n’y était plus… Mes affaires personnelles et surtout mes clés d’appartements se trouvaient à l’intérieur, donc je commençais à paniquer ! Je me suis alors dis qu’on m’avait cambriolé la voiture et je ne connaissais pas ma plaque d’immatriculation, nécessaire pour porter plainte.

A la gendarmerie, j’ai quand même réussi à négocier leur escorte jusqu’à mon domicile et leur aide pour casser une vitre de mon appartement et rentrer. 

Ce n’est que le lendemain que mon esprit s’est réveillé : j’avais déplacé ma voiture car nous avions changé de bar… Depuis, j’ai arrêté les apéros ! 🤣